D'abord présent par un roulement de ses bataillons, le 116e REGIMENT D'INFANTERIE s'est établi définitivement à VANNES en 1898, à la Caserne de la Bourdonnaye, route de Pontivy  (aujourd'hui avenue Wilson) , avec une annexe à la Caserne des "Trente" - l'ancien couvent de la "Visitation" - située en centre ville à l'arrière de la nouvelle Mairie inaugurée en 1886. Le régiment est commandé, en cette année 1914, par le Colonel Albert ESTRABOU.

De 1899 à 1903, son Commandant en second en avait été le lieutenant-colonel Anne-Charles DE GOISLARD DE MONTSABERT (père du futur Général héros de la campagne d'Italie en 1943-44) qui s'était signalé, aux temps troublés des "Inventaires" et de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, en démissionnant de ses fonctions pour n'avoir pas à punir les gradés de son régiment qui refuseraient de porter la main sur les autels.

caserne_116e_ri_vannes_agrandicp_vannes_d_fil__116e_rabine_jpeg

                                                                                                         

Faisant partie de la même 11e Brigade d'Artillerie, deux Régiments se partagent le vaste casernement de la route de Rennes devenue Rue de l'Arsenal (aujourd'hui Avenue de Verdun) :

le 28e REGIMENT D'ARTILLERIE (12 batteries de 75) occupe le Quartier Sénarmont (aujourd'hui Delestraint) - ainsi dénommé en souvenir du Baron-Général d'Artillerie Alexandre-Antoine Hureau de Sénarmont, tué en 1810, qui , issu de l'Ecole d'Artillerie de METZ, avait joué un rôle éclatant pendant les premières batailles du 1er Empire

cp_vannes_quartier_s_narmont_28e_ra_jpeg

tandis que

le 35e REGIMENT D'ARTILLERIE (9 batteries de 75) loge au Quartier Foucher-Careil (aujourd'hui Foch) .              En 1881 et 1882, le 35e avait participé à l'installation du protectorat en Tunisie.
En 1885-1886, l'écrivain Marcel SCHWOB y effectua son service militaire, cette expérience le marquant profondé-ment : y ayant découvert l'argot au contact de jeunes gens issus de milieux populaires , il s'intéressera à cette forme de langage et en rédigera même ultérieurement des poèmes , en s’inspirant de Vidocq et Lacenaire.                                   Et surtout, de 1903 à 1905, le régiment avait eu pour chef de corps un certain Colonel Ferdinand FOCH, futur maréchal de FRANCE.

caserne_35ecp_vannes_manoeuvre_au_polygone_jpeg