Les articles ci-dessous cités - et les suivants -, extraits du Journal "LE NOUVELLISTE DU MORBIHAN" dont la rédaction était installée à Lorient, sont parus sous la rubrique "ARRONDISSEMENT DE VANNES".

(Source : Archives Départementales du Morbihan)

EDITION DU JEUDI 06/08/1914

POUR LES TRAVAUX DES CHAMPS

Mr le Maire de VANNES vient d'aviser les maires des environs qu'un certain nombre d'ouvriers et d'ouvrières se trouvant sans emploi à VANNES accepteraient volontiers d'être occupés aux travaux des champs. Toutes les offres seront reçues à l'hotel de ville.

LES FOURNEAUX ECONOMIQUES

Le Conseil Municipal, réuni d'urgence dimanche dernier, a décidé de réouvrir les fourneaux économiques dès que les locaux où ils fonctionnaient d'ordinaire ne seront plus occupés par les troupes, c'est-à-dire dans quelques jours.

Il est mis à disposition du Bureau de bienfaisance un crédit spécial pour lui permettre de distribuer des secours.

LA FIEVRE PATRIOTIQUE

Est-il trop tard pour rappeler l'émotion intense des Vannetais et Vannetaises samedi soir, au moment de la retraite aux flambeaux ? Nous ne le pensons pas. La musique joua successivement la Marseillaise, l'Hymne Suisse, le Chant du Départ, les Girondins, Sambre et Meuse, etc., tous chants frénétiquement applaudis par une foule immense

Cette même foule s'est rendu sur la place du Marché au Seigle et a manifesté devant la demeure du général commandant la division, en criant :"Vive la France ! Vive la République ! Vive l'armée !". Le général a paru au balcon et a harangué l'assistance. Ses paroles, toutes empreintes de patriotisme et de confiance furent saluées par des tonnerres d'applaudissement.

UN ANTI-MILITARISTE 

Dans l'après-midi de samedi, au moment où la foule circulait dans les rues très animées, le manoeuvre Louis-Marie HAZO, 37 ans, s'est avancé vers un officier et lui a crié sur un ton narquois :"A bas l'armée !".Aussitôt saisi par quelques concitoyens HAZO, après avoir passé la nuit au violon a comparu dimanche matin à 11 heures devant le tribunal correctionnel siègeant en flagrant délit et a été condamné à 10 jours de prison sans sursis.

LA MOBILISATION A VANNES

Dimanche et lundi, les préliminaires de la mobilisation générale ont continué dans le plus grand calme. Un grand nombre de chevaux ont été requis et amenés à VANNES par leurs propriétaires.

Tous ces jours derniers des automobiles, des voitures, des chariots chargés de vêtement d'uniforme, d'équipement, de matériel de toute sorte ont circulé dans les rues.

Lundi, le capitaine de gendarmerie, le maréchal des logis-chef, le brigadier et plusieurs gendarmes ont quitté VANNES pour diverses destinations.D'un autre coté, le 35e d'Artillerie est parti dimanche pour REDON.

L'affluence des réservistes mobilisables a été grande à la gendarmerie, à la Mairie et au bureau de recrutement en vue de régulariser leur situation. Toutes ces démarches sont effectuées dans le plus grand calme.

La plus grande partie des soldats du 116e ont, pour faire place aux réservistes, quitté leur caserne et sont logés chez l'habitant.

CHEZ LES SAPEURS-POMPIERS

Toutes les mesures ont été prises par l'Administration pour parer à l'absence des sapeurs pompiers appelés sous les drapeaux par suite de la mobilisation.