On trouvera ci-après quelques exemples en Pays Vannetais représentatifs de cette période d'Août-Septembre 1914 et dont la presse se faisait l'écho :

UNE BELLE FAMILLE

"Une famille qui fournit son contingent de combattants dans la guerre actuelle, c'est la famille GRAVRAND, qui a 5 enfants, dont l'un est prêtre, et 2 gendres sous les drapeaux. Le 6e vient de s'engager : le père et la mère l'approuvent, ce qui fera 8 membres de cette famille qu'on ne saurait trop honorer. Mr et Mme GRAVRAND sont professeurs de musique. Ce dernier, pour utiliser ses instants, est auxiliaire, à titre gracieux, à l'état civil de la Mairie de Vannes. "(LE NOUVELLISTE - Edition du Mardi 18.08.1914)

Après recherche sur le site "Mémoire des Hommes", il semblerait que M. et Mme GRAVRANDaient eu la chance de voir revenir presque tous leurs fils, un seul d'entre eux, Joseph Félix Marie, né le 19 Décembre 1887 à VANNES, 2e classe au 117e d'Infanterie, sera tué le 8 Octobre 1915 à St Hilaire-le-Grand dans la Marne. Quant à leurs gendres ? ...

patriotisme_la_marseillaise4

A l'annonce et dans les premières semaines de la déclaration du conflit, nombre de volontaires se présentèrent au recrutement, sans attendre leur mobilisation à venir ou en dépit de leur jeune âge. Ainsi à la mi-Septembre :

LA GUERRE ET LES ENGAGEMENTS

"Voici la liste des engagés volontaires reçus au bureau de recrutement de Vannes à l'occasion de la guerre : Jean-Baptiste DUMONS, de Josselin - TESTU DE BALIN, de Mayenne - Pierre De LAMBILLY, de Taupont - Bernard De GOUVELIN, d'Auray - Pierre BROHAN, de Guérande - Pierre L'HERMITE, de Plouharnel - Maurice TROPLONG, d'Auray - Pierre GUIGAIN, de Vannes - Pierre LE MAIGNAN, de Merogal en Josselin - Jean-Marie MARTIN, de Malansac - Jean-Henri LE DIBERDER, de Dinard - Jean-Fresnais De COUTARD, de Pontivy - Marie COUSTIS DE LA RIVIERE, Alphonse-Joseph GUEHO , Antoine RIANT, de Vannes - Louis De GISLAIN DE BOURIN, d'Aillant - Pierre-Victor PIRAN, Yves-Marie TANDE, Henri QUEMERET, de Vannes - Robert De LA PELLE, de Guillac - Benjamin De LA BARRE, de Sarzeau - Fernand FAYOLLE, Adrien JOUAN, Jean-Louis BERNARD, Etienne GONZINI, de Vannes - Jules LE QUINIO, de Sarzeau - Jean-Victor BREDIARN (?), de Brest - Louis ARS, Clovis LE VIAVANT, de Vannes - Henri Du LAURENT DE LA BARRE, de Malestroit - Charles MARCHAND, de Ploermel - Charles LIBAULT DE LA CHEVASNERIE, d'Herbignac - Guy-Léon CHENEVIERE, d'Auray - Pierre BUGNEL, de Vannes - Louis EVAIN, de la Roche-Bernard - Désiré LE LAN, de Billiers - Louis TREMOUREUX et Alain GORAGUER, de Vannes - René GUERIN, de Le Palais - Olivier REGNAULT, de Vannes - Henri KERVOECHE, de Berric - Edouard CRETON, de Vannes - LE SAUSSE Jean, de Vannes - Camille De MALHERBE, de Quimper."

Sur ces 44 volontaires, "Mémoire des Hommes" nous révèle qu'au moins 8 d'entre eux ne devaient pas revenir (noms en gras) au nombre desquels le Sous-Lieutenant du 116e RI Marie Napoléon Gaëtan COUSTIS DE LA RIVIERE, 23 ans, tué le 29 Septembre 1917 au Chemin des Dames (il était né à Commercy dans la Meuse). On s'arrêtera aussi sur le cas du jeune Louis Joseph Marie EVAIN, engagé à 17 ans au 91e d'Infanterie, et qui allait être tué le 25 Janvier 1916 à Clermont-en-Argonne (il était né le 10 Avril 1897 à La Roche-Bernard) ... et qui nous rapproche de ces deux autres très jeunes garçons intégrant des régiments Morbihannais :

LE PLUS JEUNE ENGAGE VOLONTAIRE

"Un journal de Paris croyait avoir découvert le plus jeune engagé volontaire de France ; celui qui lui avait été signalé n'avait que 17 ans et 4 mois. Le journal en question faisait involontairement erreur, car nous avons un conscrit beaucoup plus jeune à lui indiquer : Vital CHAMPION, arrière de football de Nantes (Société Le Vélo), s'est engagé le 24 août dernier, le jour même de ses 17 ans, et est parti au 28e d'artillerie à Vannes le lendemain." (LE NOUVELLISTE - Edition du 12.09.1914).

et

"Monsieur le Directeur du Nouvelliste, Lecteur assidu de votre journal, je voyais vendredi un article concernant les deux plus jeunes engagés volontaires. Or M. le Directeur il en est un beaucoup plus jeune encore, un Lorientais, André RIO, 15 ans 1 mois (enfant de troupe aux Andelys). Dès le premier jour de la mobilisation, il est allé se mettre à la disposition du 62e, rien n'a pu arrêter cet intrépide, infatigable en tout ..." (fin d'article non lisible) (LE NOUVELLISTE - Edition du 15.09.1914).

On peut s'interroger aujourd'hui quand aux limites morales de cette course à la surenchère de la presse et de ses lecteurs dans la recherche du plus jeune engagé... et qui n'était pourtant que le reflet de l'imagerie populaire de l'époque.

patriotisme_enfants3

Quant au refus d'enrôlement, celui-ci pouvait trouver une conclusion tout aussi dramatique :

UN PENDU

"Ce matin, des employés de la gare ont trouvé pendu, dans un wagon, un journalier de Pluméliau, Jean-Marie LE DORZE, 37 ans, qui ne pouvait accepter d'avoir été réformé". (LE NOUVELLISTE - Edition du 06.09.1914 - Arrondissement de LORIENT).

Toute guerre engendre son lot d'absurdités ...